Réseaux et Performances

Guide des bonnes pratiques pour les études de couverture Wifi sur site

Guide de référence - Livre Blanc

Guide des bonnes pratiques pour les études de couverture sur site

Comment surveiller les sites de manière efficace et précise ?

Homme casqué qui réalise une étude de couverture pour le réseau wifi

Pourquoi réaliser une étude de couverture ?

Avant de discuter de la meilleure façon de réaliser une étude de couverture (et des éléments à prendre en compte), il est important de comprendre pourquoi une étude de couverture doit être réalisée en premier lieu. Dans sa forme la plus simple, elle est réalisée afin de recueillir des données empiriques sur la RF d’un site. Ces données peuvent ensuite être utilisées pour effectuer une analyse fiable de la couverture et des performances du réseau sans fil. Que l’étude soit réalisée avant ou après le déploiement, l’objectif reste le même : les données de l’étude seront utilisées pour comprendre la situation RF.
En exploitant les données obtenues lors d’une étude, vous serez en mesure de prendre des mesures concrètes pour remédier à toute déficience du réseau ou d’avoir la certitude que le réseau fonctionne aussi bien que possible. Une étude de couverture présente un avantage essentiel que la planification n’a pas : il s’agit de données mesurées prises à l’emplacement du réseau. La planification permet de minimiser le repositionnement répété des points d’accès, mais seule une étude nous permet d’affirmer avec confiance que les résultats du plan sont corrects, que l’installation s’est déroulée comme prévu et que les utilisateurs du réseau bénéficieront d’une connectivité sans fil fiable.

A quel moment réaliser une étude de couverture ?

"Une étude de pré-déploiement est réalisée pour comprendre les caractéristiques d'un site avant son déploiement."

Une étude de couverture peut être réalisée à tout moment, mais les objectifs et la valeur d’une étude varient en fonction du moment où elle a été réalisée. Les trois périodes générales pour réaliser une étude de couverture sont : le pré-déploiement, le post-déploiement et au milieu de l’opération.

A. Pré-déploiement

Une étude de pré-déploiement est réalisée pour comprendre les caractéristiques d’un site avant son déploiement. Il se peut qu’un réseau existant soit déjà en place et qu’il soit remplacé ou mis à niveau, par exemple. La collecte de données d’étude actuelles sur un réseau existant aidera à comprendre les performances qui doivent être améliorées avec le nouveau plan de réseau. Lorsqu’il n’y a pas de réseau en place, la nature RF d’un site (et de tous les réseaux voisins) peut être saisie par une étude de couverture pour comprendre les problèmes qui devront être traités dans le cycle de déploiement et de planification à venir.
Il existe une méthode particulière d’étude de pré-déploiement qui mérite une mention spéciale, il s’agit de l’AP-on-a-Stick.

AP-on-a-Stick : un type spécifique d’étude de pré-déploiement dans lequel un seul point d’accès de ” test ” est apporté sur le site et utilisé pour imiter la couverture du point d’accès. Ce point d’accès de test est généralement monté sur un trépied (le “bâton”) à l’emplacement prévu pour l’installation du point d’accès, et l’enquêteur se promène dans la zone autour de ce point d’accès pour comprendre les limites de la couverture et les facteurs d’atténuation dans le bâtiment qui ont un impact sur les radiofréquences dans cette zone.
Le point d’accès peut ensuite être déplacé vers un nouvel emplacement et les étapes sont répétées. Une fois que plusieurs emplacements ont été parcourus et cartographiés, les résultats peuvent être fusionnés pour créer une carte thermique virtuelle similaire à celle à laquelle on pourrait s’attendre si le réseau avait réellement plusieurs points d’accès en place. L’un des grands avantages de la méthodologie AP-on-a-Stick est que le modèle de point d’accès prévu pour l’installation peut être utilisé, ce qui permet d’obtenir une estimation très précise du point d’accès, des antennes et des caractéristiques de transmission/réception dans l’environnement spécifique du bâtiment.

AP-on-a-stick étude point d'accès

AP-on-a-Stick
Ce point d’accès de test est généralement monté sur un trépied (le “bâton”) à l’endroit où l’on prévoit l’installation d’un point d’accès, et l’inspecteur parcourt la zone autour de ce point d’accès…

B. Post-déploiement

Une étude de site post-déploiement est également appelée étude de vérification. Une fois la conception d’un nouveau site terminée et les points d’accès installés (souvent par des sous-traitants), une étude de couverture est réalisée pour confirmer que le réseau fonctionne comme prévu. Un certain nombre de problèmes de réseau peuvent être détectés à ce stade. Si un point d’accès a été mal configuré, mal installé ou mal aligné, cela peut être détecté car les cartes de couverture seront différentes de celles prévues dans le plan. Une étude post-déploiement peut également permettre de détecter des situations environnementales qui ne peuvent être déterminées à partir d’un plan d’étage. Les points d’accès voisins, le mobilier du bureau, ainsi que les équipements interféreurs peuvent tous causer des problèmes de réseau, mais ne sont pas nécessairement connus pendant la phase de planification. Une étude post-déploiement est réussie lorsqu’elle confirme que les performances répondent aux attentes de la conception ou lorsqu’elle détecte et permet de corriger les facteurs qui ont empêché le réseau de répondre aux attentes.

C. Opération intermédiaire

Bien qu’elle soit souvent négligée en tant qu’outil de diagnostic, une étude de couverture peut également être effectuée pendant le fonctionnement normal d’un réseau afin de comprendre les limites ou de recueillir des données sur les problèmes systémiques rencontrés sur un site. Une telle étude a pour but de capturer des informations pour aider à déterminer ce qui a pu changer sur un site par rapport aux données correctes connues (comme une étude de validation post-déploiement), ou pour repousser les limites du réseau d’une autre manière que celle envisagée au préalable.

UNE NOTE SUR LA PLANIFICATION

Une étude de couverture ne doit pas nous amener à considérer que la planification est moins importante ou inutile. Elle complète la planification de manière positive, qu’il s’agisse d’une étude préalable au déploiement pour caractériser l’environnement, ou d’une étude postérieure au déploiement pour s’assurer que l’installation a été réalisée correctement.
Les coûts d’un déploiement seraient beaucoup plus élevés si l’étape de planification était négligée. Aucune étude n’éliminera la nécessité d’une planification solide, tout comme aucune planification n’éliminera complètement la nécessité d’une étude fiable sur site. Elles sont complémentaires.

LES DIFFÉRENTS TYPES D’ÉTUDES

"Il est important de comprendre les différents types d'études pour obtenir une meilleure image de la santé de votre réseau."

Voici quelques types d’études pris en charge par la plupart des outils d’étude de couverture :

Passive

Vous ne pouvez pas comprendre avec précision un environnement RF sans savoir tout ce qui se passe dans le réseau aérien. Une étude passive permet à l’utilisateur de comprendre tous les points d’accès et l’utilisation des canaux à un endroit donné afin que vous puissiez ajuster le réseau pour qu’il fonctionne de manière optimale.

Qu’est-ce que c’est ?
Une étude passive capture toutes les informations vues dans l’environnement sans fil (IE les PA qui pourraient appartenir au site, les PA voisins, et tout autre donnée jugée nécessaire). Les canaux et la force du signal pour tous les points d’accès vus sont collectés et affichés pour le site.

Quand est-elle utilisée ?
Une étude passive est généralement réalisée avant et après le déploiement. Les interférences entre canaux et entre co-canaux peuvent être les principaux responsables d’un faible débit et de mauvaises performances des applications. Dans le cas d’une étude passive de pré-déploiement, les données peuvent être utilisées pour mieux planifier la sélection des canaux pour les nouveaux points d’accès afin d’éviter les interférences sur le même canal avec les points d’accès voisins existants. Dans le cas d’un post-déploiement, une étude passive aidera à vérifier qu’aucune interférence co-canal n’est présente dans la conception réelle.

Active

"Une étude active peut être menée à la fois avant et après le déploiement."

Une étude active permet à l’utilisateur de cartographier la couverture effective du réseau d’un déploiement existant.

En quoi cela consiste-t-il ?
Une étude active se connecte à un réseau au niveau de l’AP ou du SSID et cartographie la couverture pour cet AP ou SSID spécifique. Des critères d’itinérance peuvent être définis pour l’adaptateur afin de déterminer quand le dispositif d’étude passera à l’AP suivant.

Association active
Une étude d’association active s’attache au réseau et maintient cette association active lorsque le client se déplace sur le réseau. L’étude est spécifique au point d’accès ou au SSID concerné, ce qui garantit que les données visualisées sont pertinentes pour le réseau analysé.

schéma représentant l'étude active

Étude active
Une étude active se connecte à un réseau au niveau de l’AP ou du SSID et cartographie la couverture pour cet AP ou SSID spécifique

iPerf active

Une étude iPerf active permet à l’utilisateur d’évaluer les performances des applications dans un réseau sans fil. En effectuant un test de débit dans le monde réel, le réseau est validé comme étant capable de soutenir le débit nécessaire à la prise en charge des applications professionnelles clés. L’étude est spécifique à l’AP ou au SSID concerné, ce qui garantit que les données visualisées sont pertinentes pour le réseau analysé.

Quand est-elle utilisée ?
Une étude active peut être réalisée avant et après le déploiement, mais le plus souvent, elle est effectuée après le déploiement. Dans le cas d’une étude active pré-déploiement, les données peuvent être utilisées pour mieux planifier les emplacements des points d’accès par rapport aux emplacements actuels, afin de garantir les performances nécessaires.
Dans le cas d’un post-déploiement, une étude active permet de valider que le réseau répond aux objectifs de conception des applications en termes de débit et de disponibilité.
Une étude active peut également être menée en milieu opérationnel lorsque de nouvelles applications sont déployées sur le réseau et ont des exigences de débit et de performance pour lesquelles le réseau n’a pas été validé. En fonction des résultats recueillis, il peut en résulter de légères modifications du réseau actuel, ou bien cette étude peut devenir une étude de pré-déploiement pour des modifications globales du réseau.

Étude iPerf activeÉtude iPerf active
Une étude iPerf active permet à l’utilisateur d’évaluer les performances des applications dans un réseau sans fil.

Spectrale

Les dispositifs d’interférence non Wi-Fi augmentent le niveau de bruit global et peuvent rendre certains canaux pratiquement inutilisables pour des performances réseau fiables. Ces appareils sont partout et, dans certains cas, les appareils perturbateurs peuvent faire partie intégrante d’autres solutions déployées sur un site. Pour analyser et valider les performances du réseau, il est essentiel de comprendre non seulement ce qui interfère, mais aussi à quel endroit du plan d’étage ces interférences sont observées.
L’analyse des interférences est un élément clé de la validation d’un site, bien qu’elle soit considérée moins importante que la force du signal ou du SNR pour une étude de site. Les meilleures pratiques pour la validation d’un déploiement devraient toujours inclure des cartes et des analyses d’interférences intégrées afin de garantir une performance optimale du réseau.

Qu’est-ce que c’est ?
Une étude spectrale utilise un analyseur de spectre pour cartographier les données spectrales clés sur un plan d’étage pendant une étude du site. Elle est indépendante de la signalisation Wi-Fi en examinant directement le spectre RF.

Quand est-elle utilisée ?
Une étude du spectre est souvent effectuée avant ou après le déploiement, mais si elle est effectuée pour l’un, elle ne sera pas nécessairement nécessaire pour l’autre. Dans le cas d’une étude de pré-déploiement, les données d’interférence du spectre peuvent être utilisées pour mieux planifier le placement des canaux AP. Dans le cas d’une étude post-déploiement, les données du spectre peuvent être utilisées pour comprendre les impacts possibles et les mauvaises performances observées pendant la collecte des données de l’étude active simultanée.

Capture d'écran de NetAlly AirMagnet Spectrum XTDes outils faits pour ça !
Les analyseurs de spectre offrent une visibilité du spectre Wi-Fi et peuvent être utilisés pour détecter, identifier et localiser les dispositifs d’interférence. (Capture d’écran de NetAlly AirMagnet Spectrum XT)

Voix / Itinérance

Avec l’augmentation des applications de mobilité et des appareils vocaux, une étude axée sur l’itinérance et la qualité des connexions à travers ces points d’itinérance est précieuse.

En quoi consiste cette étude ?
Une étude VoFi suit une conversation téléphonique VoWLAN pour vérifier la qualité de l’appel et les événements de roaming. Une étude VoFi fournit des détails sur l’appel actif tels que le WiMOS, la fréquence d’itinérance et la force du signal.

Quand est-elle utilisée ?
Une étude VoFi est souvent réalisée après le déploiement. Les données d’itinérance peuvent être utilisées pour comprendre comment la conception gère les besoins vocaux anticipés.
Une étude VoFi peut également être réalisée en milieu opérationnel pour déterminer si un site est prêt à supporter la voix, ou si des changements sont nécessaires.

PRÉPARATION D’UNE ÉTUDE DE COUVERTURE

"Tous les adaptateurs ne sont pas égaux, il est donc essentiel de savoir ce dont vous avez besoin."

il est essentiel d'utiliser un adaptateur auquel vous pouvez faire confiance
Connaître votre adaptateur
Si vous souhaitez effectuer des travaux et des analyses de niveau professionnel, il est essentiel d’utiliser un adaptateur auquel vous pouvez faire confiance.

Adaptateurs

Le Wi-Fi est devenu si omniprésent que, la plupart du temps, nous ne prêtons pas attention aux caractéristiques d’un adaptateur sans fil au-delà de la génération de technologie à laquelle il appartient (802.11a vs. 802.11n vs. 802.11ac vs. 802.11ax), car l’utilisation commune du réseau expose rarement les différences de conception entre les chipsets ou les adaptateurs. Ce n’est pas le cas lorsque ce même adaptateur est utilisé pour une étude de couverture pour la collecte de données, car tous les adaptateurs ne sont pas égaux, donc savoir ce que vous avez devient essentiel.

Connaître votre adaptateur

Lors d’une étude de couverture, diverses données peuvent être collectées par l’application en fonction du type d’étude : intensité du signal, relevés SNR, informations sur les balises ou débit. Toutes ces données dépendent de la précision des données transmises par l’adaptateur réseau utilisé. Si la sensibilité radio de l’adaptateur ou sa conception générale est mauvaise, les relevés de l’intensité du signal peuvent être erronés, non linéaires ou faussés, ce qui donne des cartes de couverture peu fiables. Si l’adaptateur n’a pas la puissance nécessaire pour supporter des débits de données élevés ou souffre d’un nombre excessif de paquets perdus, le débit mesuré peut être artificiellement bas sur l’ensemble du site. Parmi les principales mesures de données pour lesquelles vous comptez sur votre adaptateur, seule la moins précieuse (les informations contenues dans les balises) est relativement à l’abri des caractéristiques de l’adaptateur.

La plupart des outils devraient être capables de fonctionner avec n’importe quel adaptateur, car après tout, ce sont tous des adaptateurs réseau. Cependant, si vous cherchez à effectuer des travaux et des analyses de niveau professionnel, il est essentiel d’utiliser un adaptateur auquel vous pouvez faire confiance. En réalité, peu d’entre nous ont le temps de tester directement un adaptateur pour en déterminer les caractéristiques. Nous comptons plutôt sur notre fournisseur d’outils pour nous orienter dans la bonne direction et nous indiquer les adaptateurs qu’il a testés et sur lesquels on peut compter. Ce n’est qu’en utilisant un adaptateur recommandé de qualité que nous pouvons obtenir des résultats fiables.

Même avec un adaptateur recommandé, il est important que vous ayez une bonne compréhension des caractéristiques de cet adaptateur. Cela vous aidera à interpréter efficacement les résultats que vous obtiendrez. Si vous savez que votre adaptateur a une sensibilité de réception très élevée, vous pouvez choisir de réduire ces valeurs lorsque vous interprétez le fonctionnement d’un téléphone dans le même environnement. Si vous savez que l’adaptateur a un débit médiocre, vous saurez que dans les endroits où un débit plus élevé a été enregistré, d’autres adaptateurs peuvent être encore plus performants.

Utilisation de plusieurs adaptateurs

La plupart des outils d’étude permettent à l’utilisateur d’utiliser plusieurs adaptateurs en même temps. Cela peut être une technique très utile pour gagner du temps plutôt que d’essayer de réaliser plusieurs études l’une après l’autre.
Si vous devez effectuer une étude active et une étude passive [voir la section – Les différents types d’étude] sur un site, l’utilisation de deux adaptateurs vous permettra d’effectuer les deux études en même temps. L’utilisation de plusieurs adaptateurs présente d’autres avantages que le simple gain de temps.
La RF est un milieu variable, donc d’autres appareils et d’autres sources d’atténuation (comme les personnes) peuvent modifier les relevés que vous pouvez obtenir.
En collectant toutes les données au même moment, vous pouvez être sûr que toute anomalie ou mauvaise performance observée sur une étude peut être comparée de manière fiable aux données collectées avec d’autres adaptateurs, car elles ont été soumises aux mêmes conditions. C’est plus fiable que d’essayer de corréler des données provenant d’études réalisées à des moments différents, car vous ne pouvez pas être sûr que les deux études reflètent les mêmes conditions RF.

PRÉPARER VOTRE PLAN DE SITE

“Le logiciel d’étude sur le site vous permet de choisir les canaux à scanner.”

Capture d'écran de NetAlly AirMagnet Planner
Importation d’un plan d’étage
Minimisez la quantité d’espace blanc inutile autour de l’extérieur de votre plan d’étage. (Capture d’écran de NetAlly AirMagnet Planner)

Importation de votre plan d’implantation

La plupart des outils permettent d’importer un plan d’implantation dans différents formats. Lors de la sélection de votre image/fichier de plan d’implantation, veillez à minimiser la quantité d’espace blanc inutile autour de votre plan d’implantation. En effet, un espace blanc excessif peut occuper une partie de l’écran et nécessiter un zoom pour voir la zone concernée. De plus, assurez-vous que votre plan d’étage a une résolution suffisante pour capturer tous les détails clés que vous aurez besoin de voir lors d’une étude.

Calibrage du plan d’étage

Une fois importé, le plan d’étage doit être calibré. Le calibrage des dimensions de votre site garantit que les estimations de la propagation et l’interpolation de la perte de signal sont calculées avec précision. Lors du calibrage, il est préférable de choisir une dimension plus grande (si elle est connue), comme la largeur du bâtiment ou la longueur d’un long couloir. De petites erreurs dans une grande mesure ont moins d’impact sur vos résultats que de petites erreurs dans une petite mesure (comme une porte).

SÉLECTION DU PARCOURS

Le chemin que vous choisissez de parcourir sur le site influencera les données que vous recevrez et la fiabilité de vos résultats. Il est important de s’assurer que le chemin est bien choisi et exécuté.

Où se déplacer ?
Une erreur facile à commettre est de parcourir le site en sachant où sont situés les points d’accès où vous pensez obtenir une couverture. Il est préférable de choisir le chemin en pensant aux utilisateurs, à la façon dont ils utiliseront le réseau et aux endroits où ils auront besoin d’accéder au réseau, puis d’élaborer des plans pour un parcours qui vous donnera l’assurance que votre réseau répond à ces attentes. Cela peut signifier un temps supplémentaire consacré à la collecte de données dans les zones à forte utilisation et moins de concentration sur les autres, l’objectif étant d’obtenir les bonnes données nécessaires pour prendre des décisions critiques concernant le réseau.

Voici quelques règles générales à suivre lorsque vous parcourez le site :
• Marcher des deux côtés des obstacles chaque fois que possible. Cela permet de refléter avec précision les propriétés d’atténuation RF de cet obstacle dans les cartes thermiques résultantes.
• Marcher dans les coins et recoins.

Cela s’applique aux pièces, ainsi qu’au site dans son ensemble. Si vous ne vérifiez que le centre d’une pièce, vous n’avez aucune idée de ce qui se passe aux extrémités et dans les coins, vous vous fiez à la propagation de votre signal pour “dessiner” ces zones. Il est de loin préférable de marcher dans les coins et le long des bords pour collecter les données nécessaires.

MODÈLE DE BALAYAGE

"Le balayage de canaux prédéterminés permet de gagner du temps."

Les modèles de balayage font référence à la méthode, au moment et au choix de la manière dont les données sont collectées.Modèle de balayage
Les modèles de balayage font référence à la méthode, au moment et au choix de la manière dont les données sont collectées.

Le modèle de balayage utilisé par les logiciels d’étude fait référence à la méthode, au moment et à la manière dont les données sont collectées sur la multitude de canaux sans fil disponibles. Il y a de nombreux aspects à prendre en compte, et il n’y a pas de bonne réponse, mais cette section passe en revue les considérations importantes pour vous aider à faire le bon choix pour vos besoins d’étude.

Choisir vos canaux

La plupart des logiciels d’étude de couverture vous permettent de choisir les canaux sur lesquels vous souhaitez effectuer l’étude. Cela limitera la collecte de données de votre adaptateur aux SEULS canaux que vous avez choisis. Les deux choix les plus évidents sont “tous les canaux existants” et “seulement les canaux sur lesquels mes APs sont présents”. Les deux choix ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Balayage de tous les canaux : Le véritable avantage du balayage de tous les canaux est que vous disposez d’informations complètes, ce qui permet de repérer les points d’accès inattendus (ceux qui se trouvent sur des canaux sur lesquels vous ne pensiez pas qu’ils étaient installés) et d’identifier les points d’accès qui interfèrent sur les canaux adjacents. Si des changements de configuration s’avèrent nécessaires, les informations sont désormais disponibles pour d’autres canaux afin de faciliter les décisions relatives aux nouvelles affectations de canaux.

Analyse de certains canaux seulement : L’analyse des canaux sélectionnés permet de réduire le temps nécessaire à chaque balayage de données et garantit l’affichage des données et des cartes thermiques relatives aux canaux spécifiques sur lesquels le réseau est déployé. Cela peut permettre de gagner du temps lors de l’étude de couverture.

Comment savoir quelle est la bonne méthode pour vous ?
Il n’y a pas de bonne réponse simple, mais voici quelques-unes des questions que vous devez vous poser lorsque vous configurez les canaux à scanner :
• Suis-je sûr de savoir quels sont les canaux sur lesquels se trouvent des points d’accès ou non ?
• Est-ce que je pense qu’il y a un grand nombre de réseaux voisins pour lesquels je peux bénéficier de la compréhension des données des canaux adjacents ?
• Est-ce que je pense que je vais devoir reconfigurer mon plan de canaux à la suite de mon étude ?
Si les données sur les canaux où vos AP réseau ne sont pas installés n’ajouteront aucune information utile pour votre sondage, il est logique de limiter le modèle d’analyse
Si vous envisagez d’exploiter les données d’étude d’une manière qui bénéficiera des informations supplémentaires sur les canaux, ou si vous n’êtes pas sûr des réponses à ces questions, il est préférable d’investir du temps et de collecter toutes les données.

Implications de la décision
Plus vous choisissez de scanner de canaux, plus il vous faudra de temps pour collecter un ensemble complet de données, ce qui augmentera le temps nécessaire pour réaliser une étude de couverture. Si quelques secondes ici ou là peuvent sembler insignifiantes, si vous avez un grand bâtiment avec plusieurs milliers de points de collecte de données, ces quelques secondes peuvent rapidement représenter une heure ou plus de temps supplémentaire sur le site.
Plus vous disposez de données, plus vous pouvez vous préparer à l’imprévu. Vous ne savez pas toujours, avant de commencer une étude, ce qui peut s’avérer important et ce qui ne l’est pas. Disposer de données d’étude sur tous les canaux peut permettre de gagner du temps à long terme si des informations précieuses peuvent être tirées des informations contenues sur ces canaux.

Choix du Dwell Time

C'est le temps que votre adaptateur sans fil passe sur un canal donné.Dwell Time
C’est le temps que votre adaptateur sans fil passe sur un canal donné.

 

Le Dwell Time est le temps que votre adaptateur sans fil passe sur un canal donné pour collecter des données avant de passer au canal suivant. Ceci est particulièrement important dans les études passives où les données sont collectées pour les balises entendues. Comme l’intervalle entre les balises est variable dans la plupart des configurations de points d’accès d’entreprise, il est souvent utile de modifier le Dwell Time de votre adaptateur en conséquence.

collecte des données de réalisation d'étude de couvertureComment collecter les données ?
La marche doit être effectuée à un rythme régulier. Il est important de s’assurer que les données sont collectées dans un laps de temps similaire.

Comment savoir quelle est la bonne méthode pour vous ?

Plusieurs facteurs peuvent avoir un impact sur le Dwell Time que vous choisissez. Le plus évident est l’intervalle entre les balises de l’infrastructure installée (le cas échéant) sur le site. Si vous savez que l’intervalle des balises a été ajusté pour être plus long que la valeur par défaut de 100 ms, vous devrez vous assurer que le Dwell Time dans votre outil d’étude est également ajusté, sinon la collecte de données peut manquer des balises (et donc des points de données) pendant une étude.
Outre la configuration, la quantité de trafic sur un canal peut également avoir un impact sur la régularité des balises. Comme il s’agit d’un support partagé, les balises d’un point d’accès donné ne seront souvent pas parfaitement espacées de 100 ms, même si elles sont configurées de cette façon.
Le chevauchement des BSS ou le bruit sur le canal peuvent retarder une balise de quelques minutes. Dans l’ensemble, cela ne devrait pas entraîner l’absence de balises trop régulièrement, mais dans un environnement très chargé en radiofréquences, ce manque de régularité des balises pourrait entraîner des manques et des erreurs.
Toutefois, dans un environnement très dense en RF, ce manque de régularité des balises pourrait entraîner des manques et constituerait une raison valable d’ajuster un peu plus le temps d’attente pour compenser et s’assurer que toutes les balises sont reçues.

Implications de la décision
On pourrait croire qu’il n’y a pas d’inconvénient à augmenter le Dwell Time, mais ce n’est pas le cas. Comme le Dwell Time détermine combien de temps l’adaptateur reste sur un canal avant de passer au suivant, il a un impact direct sur le temps nécessaire à un adaptateur pour collecter un balayage complet de données sur tous les canaux configurés. Si votre réseau exige un Dwell Time plus long, il est important d’en tenir compte lors de la collecte des données et de s’assurer que la vitesse de marche (pour l’échantillonnage automatique) ou le “temps d’attente” (pour l’échantillonnage par clic) [Voir Collecte des points de données] est ajusté pour compenser le nouveau temps d’arrêt.
Généralement, une seule balise manquée à un emplacement de données ne perturbera pas les cartes thermiques résultantes si de bonnes pratiques de collecte de données ont été suivies dans cette zone (beaucoup d’autres points de données à proximité), car la balise sera récupérée à l’un des autres points de collecte, mais il est préférable de ne pas compter sur la chance pour sauver votre étude. Compte tenu du temps qu’il faut investir pour parcourir un site, il est de loin préférable de définir intelligemment le Dwell Time dès le départ pour s’assurer que des données fiables sont capturées.

RÉGLAGE DE LA PROPAGATION CORRECTE DU SIGNAL

"Il est essentiel d'utiliser la bonne propagation du signal pour votre environnement."

Propagation du signal Propagation du signal
Détermine la distance à laquelle votre logiciel d’étude de couverture supposera qu’une lecture donnée est applicable.

 

La valeur de propagation du signal détermine la distance à laquelle votre logiciel d’étude de couverture supposera qu’une lecture donnée est applicable. Comme il est impossible de parcourir chaque centimètre carré d’un site, le logiciel devra procéder à une interpolation pour créer une carte thermique. Si cette valeur est trop faible, vous n’obtiendrez pas de carte thermique mais une série de points colorés le long de votre parcours, tandis que si cette valeur est trop élevée, vous commencerez à afficher des relevés et des valeurs d’intensité de signal à des endroits que vous n’avez pas étudiés et que vous ne pouvez pas prévoir avec précision.
Pour choisir la valeur de propagation correcte, il faut comprendre la nature du site. Un centre de congrès ouvert ou une arène peut permettre une valeur de propagation plus élevée car il y a un minimum d’obstructions dans l’environnement (bien qu’il faille faire attention aux environnements très denses pour compenser ce qui se passe lorsque l’endroit est plein de gens). Une installation comportant un grand nombre de murs et d’obstructions serait mieux servie avec une valeur de propagation plus faible pour éviter de donner une fausse impression de signal mesuré de l’autre côté d’une obstruction. (Notez que ce problème peut également être atténué par un bon choix de parcours).
Idéalement, la valeur de propagation du signal devrait être choisie avant la réalisation de l’étude en tenant compte du site, afin d’éviter que les préjugés n’influencent le choix après coup, lors de l’examen des cartes thermiques résultantes.

RÉALISATION DE L’ÉTUDE

Comment se déplacer / collecter ?
Il est tout aussi important de savoir où se déplacer que de savoir comment se déplacer [ceci est particulièrement vrai pour une étude par échantillonnage automatique (voir échantillonnage automatique)]. La marche doit se faire à un rythme régulier, et les zones communes du bâtiment doivent être parcourues relativement en même temps. Bien que l’échantillonnage par clic donne une certaine liberté en évitant de maintenir un rythme de marche régulier, il est important de s’assurer que les données sont collectées dans une zone dans un laps de temps similaire. Cela permet d’éviter que des événements temporels n’aient un impact que sur un petit sous-ensemble de données collectées dans une zone. Assurez-vous que le dispositif de collecte se trouve à une hauteur relative à laquelle la plupart des clients s’attendraient, car une hauteur trop basse ou trop élevée ne permettra pas de modéliser avec précision ce que les utilisateurs vivront.

COLLECTE DES POINTS DE DONNÉES

"L'auto-échantillonnage est souvent considéré comme la manière la plus simple de réaliser une étude."

Collecte des points de donnéesCollecte des points de données

Lorsque l’on parcourt un site et que l’on collecte des points de données au cours d’une étude de couverture, il existe deux méthodologies de base: l’auto-échantillonnage et le clic pour l’échantillonnage.

Lorsque l’on parcourt un site et que l’on collecte des points de données au cours d’une étude de couverture, il existe deux méthodologies de base : (1) l’échantillonnage automatique, qui scanne en continu les canaux sélectionnés et écrit les résultats automatiquement le long du chemin de randonnée à des points répartis uniformément entre les clics de l’utilisateur ; et (2) le clic pour échantillonner, qui écrit le résultat du scan le plus récent au point sélectionné sur le chemin de randonnée lorsque l’utilisateur clique. Les deux méthodes peuvent être utilisées pour réaliser avec succès une étude de couverture, mais il y a des compromis à prendre en compte pour chacune d’elles.

Click-to-Sample

La méthode “cliquer pour échantillonner” est souvent considérée comme la plus souple des deux car les données ne sont enregistrées que lorsque l’utilisateur clique, ce qui, par nature, permet de tenir compte des retards, des interruptions et des autres distractions qui peuvent survenir au cours d’une étude. Le dernier ensemble de données de balayage enregistrées est alors écrit à l’endroit où l’utilisateur a cliqué.
Pour obtenir des résultats optimaux avec la méthode “click-to-sample”, l’utilisateur doit s’assurer de laisser suffisamment de temps pour un balayage complet entre les clics sur la carte, et doit s’assurer que suffisamment de points de clic sont enregistrés pour une extrapolation raisonnable de la carte thermique.
Un déplacement trop rapide entre les clics ou la collecte d’un nombre insuffisant de points de données se traduira par des cartes de chaleur peu fiables / non fiables.
Le système “click-to-sample” se prête bien aux environnements très fréquentés ou sensibles dans lesquels l’enquêteur doit fréquemment s’arrêter ou attendre pour accéder à une zone ou entrer dans une pièce.

Échantillonnage automatique

L’échantillonnage automatique est souvent considéré comme la plus simple des deux méthodes car l’utilisateur doit cliquer moins souvent. Lors d’une étude par échantillonnage automatique, l’utilisateur doit seulement cliquer lorsqu’il change de direction. Toutes les données échantillonnées qui se sont produites entre le dernier clic et le clic actuel sont alors distribuées uniformément le long d’une ligne droite entre ces deux points de clic.
Pour obtenir des résultats optimaux avec l’auto-échantillonnage, l’utilisateur doit être sûr de marcher à un rythme constant et doit définir la période de données d’enregistrement automatique à une période de temps raisonnable.
Des changements importants dans la vitesse de marche entraîneront une distorsion des données (et donc des inexactitudes) dans les cartes thermiques résultantes.
L’échantillonnage automatique se prête bien aux longs couloirs ou aux environnements ouverts dans lesquels l’utilisateur pourra suivre son chemin sans être interrompu ou presque.

Quelle est la bonne méthode ?
Aucune méthode n’est “meilleure” que l’autre, et de bonnes (et mauvaises) études peuvent être réalisées avec l’une ou l’autre méthode. Une recommandation générale pour les utilisateurs serait d’opter par “défaut” pour une étude à échantillonnage automatique avec une vitesse de marche lente et régulière, à moins que la nature de l’installation ou de l’environnement ne nécessite l’utilisation de la fonction “cliquer pour échantillonner”.

Comment savoir si vous avez “fini” ?
L’une des difficultés que rencontrent de nombreuses personnes est de savoir quand elles ont recueilli suffisamment de données pour disposer d’une étude fiable. Comme pour beaucoup de choses, il n’y a pas de règle absolue, mais il y a quelques éléments à prendre en compte.

Qu’est-ce qui est “fait” ?
Il faut considérer le nombre de points de données collectés par rapport à la taille globale de l’espace étudié. Assurez-vous également que toutes les zones sont couvertes en examinant la carte thermique qui en résulte. N’oubliez pas que la propagation du signal joue un rôle ici, mais c’est une mauvaise pratique de modifier ce paramètre après coup pour créer une bonne carte thermique.
Vous devez avoir pris en compte et réglé la propagation du signal avant de commencer l’étude du site, à moins qu’une erreur ne se produise.
Vous devriez avoir pris en compte et défini la propagation du signal avant de commencer l’étude du site, à moins qu’une erreur ne soit trouvée dans la valeur choisie, afin d’éviter de la changer juste pour créer une carte thermique plus belle. En agissant ainsi, vous utilisez l’outil pour “cacher” un manque d’informations plutôt que de disposer des données nécessaires pour tirer des conclusions importantes. Les disparités dans la couverture sur la carte thermique, ou les zones qui sont principalement déterminées comme couvertes en raison du rayon de propagation du signal sont des endroits auxquels il faut prêter une attention particulière. Si de tels endroits se trouvent dans des zones clés du site, des données supplémentaires doivent être collectées à ces endroits afin de s’assurer qu’une représentation précise de la disponibilité et de la performance du réseau est disponible.

ANALYSE DES RÉSULTATS

Fusion des études et comparaison des résultats

Fusion d'études La comparaison des résultats d'une étude avec les données recueillies dans une autre étude peut aider à expliquer des résultats inattendus ou faibles. (Capture d'écran de l'étude AirMagnet de NetAlly)Fusion d’études
La comparaison des résultats d’une étude avec les données recueillies dans une autre étude peut aider à expliquer des résultats inattendus ou faibles. (Capture d’écran de l’étude AirMagnet de NetAlly)

 

Comme détaillé ci-dessus, chaque étude a sa place et donne un aperçu des différentes pièces du puzzle global de la RF. En menant plusieurs études différentes en même temps, nous avons maintenant la possibilité d’examiner différents types de données pour essayer de comprendre les résultats inattendus/faibles que nous obtenons dans un domaine. Le fait de disposer de toutes ces informations permet d’effectuer des analyses en comparant les résultats d’une étude aux données collectées dans une autre étude pour voir s’ils peuvent expliquer ce qui a été observé. Par exemple, si j’ai réalisé une étude Active iPerf sur mon WLAN et que je collecte des données de débit sur l’ensemble de mon site, je peux trouver une zone avec des valeurs de débit étonnamment basses.

En ne disposant que des données de l’étude active, je n’ai peut-être pas assez d’informations pour savoir avec certitude pourquoi cette zone de mon bâtiment souffre de mauvaises performances.
Si je dispose de données passives et spectrales, je peux effectuer une analyse plus approfondie. En examinant mes données d’étude passive, je peux commencer à comprendre s’il y a de nombreux points d’accès voisins dans cette zone, tous sur le même canal. Si c’est le cas, je peux penser que les mauvaises performances sont dues à de grandes quantités d’interférences co-canal dans la zone.

Il se peut aussi que je découvre, en examinant mon étude du spectre, qu’il y avait une grande quantité d’interférences non Wi-Fi dans la zone à ce moment-là (peut-être une caméra sans fil ou un système ZigBee). Si aucune de mes autres sources de données d’étude ne montre un coupable évident/une raison de la mauvaise performance, je peux vouloir examiner des problèmes plus liés au réseau, tels que la configuration du point d’accès ou même la connexion câblée par laquelle il est alimenté.
Le fait de disposer des différents éléments de données, de les comparer et de les opposer entre eux permet de tirer de meilleures conclusions et d’avoir une compréhension plus approfondie de chacun de mes résultats.

FILTRER LA COLLECTE DE DONNÉES

"Toutes les données collectées ne sont pas forcément importantes."

De nombreuses données sont collectées au cours d’une étude de couverture. Les données sont importantes, mais pas toutes. Lors de l’analyse des résultats, un certain nombre de filtrages doivent être effectués pour interpréter correctement les données. Il s’agit d’un équilibre très délicat, car si l’on filtre trop, on risque de passer à côté d’implications importantes, tandis que si l’on ne filtre pas assez, le message contenu dans les résultats peut se perdre dans un océan de données. Parmi les différentes façons de filtrer les données recueillies dans une étude, les plus courantes sont le SSID, le niveau de signal, l’AP et les canaux.

filtrage des resultats etude de couvertureFiltrage
Lors de l’analyse des résultats, un certain nombre de filtrages doivent être effectués pour interpréter correctement les données.

 

Filtrage sur les points d’accès : Le filtrage sur un ou plusieurs AP vous permet de concentrer votre analyse sur un ensemble spécifique de points d’accès. Bien que le filtrage soit utile pour concentrer l’analyse sur les éléments d’intérêt principal, il faut veiller à ne pas trop filtrer de telle sorte que d’autres données clés soient perdues, ou que l’impact des points d’accès qui ont été filtrés (et ne sont donc pas affichés) ne soit pas analysé.

Filtrage sur SSID : Un moyen de filtrer les points d’accès est de sélectionner un SSID à filtrer, ce qui vous permettra de voir les données uniquement des points d’accès avec un SSID spécifique ou un ensemble de SSID. Ceci est souvent utile lorsque l’on regarde les données de couverture ou d’interférence où le désir est de s’assurer que le réseau installé et bien configuré et fonctionne correctement. Dans le cas d’interférences, l’évaluation ne doit pas se faire uniquement avec un filtre activé, mais il est souvent bon de vérifier qu’au minimum, vous n’interférez pas avec vous-même (prenez soin des zones sous votre contrôle direct).

Filtrage sur le niveau du signal : Le filtrage sur le niveau de signal permet de supprimer de l’affichage, les points d’accès dont les niveaux de signal n’ont jamais été perçus au-dessus d’un seuil spécifique. Cela peut être particulièrement utile dans le cas de points d’accès voisins qui ne sont pas perçus à un niveau suffisamment élevé pour interférer réellement avec votre réseau, mais dont les données pourraient encombrer votre affichage si elles étaient incluses dans la vue globale des données.

Filtrage sur le canal/la bande : En plus du filtrage basé sur les détails des points d’accès, le filtrage peut être effectué sur des canaux ou des bandes spécifiques. Cela donnera une analyse spécifique des résultats sur le canal ou la bande d’intérêt. Dans de nombreux cas, un réseau est censé avoir une couverture complète sur la bande 2.4GHz ainsi que sur la bande 5GHz. Le filtrage sur la bande permet d’analyser plus facilement les données de chaque bande pour s’assurer que les paramètres clés sont respectés.

Implications de la décision
Le filtrage doit être effectué pour mieux comprendre et analyser les données en question, et non pour obtenir les résultats que vous recherchez. Pour maîtriser la nature humaine, il est souvent utile de réfléchir aux filtres à mettre en œuvre et à la manière de découper et de visualiser les données avant d’examiner les résultats de ces filtres. Cela peut contribuer à éliminer la tentation, après coup, de filtrer pour obtenir des données qui semblent bonnes plutôt que de filtrer pour obtenir la meilleure vue de la situation.

RAPPORT SUR LES RÉSULTATS

"Les rapports sont le principal moyen de partager les résultats de votre étude avec d'autres personnes."

Un rapport est souvent le principal moyen par lequel les résultats de votre étude seront vus par d’autres personnes. Les rapports doivent inclure toutes les informations pertinentes qui sont nécessaires pour comprendre et évaluer les résultats. Le rapport est souvent un exercice d’équilibre délicat entre fournir seulement les informations nécessaires et se noyer dans les détails. Bien qu’aucune table des matières ne convienne à tous les rapports, il existe des éléments communs qui sont utiles dans la grande majorité des rapports.

CHEMINS PARCOURUS

À l’exception peut-être des études des points d’accès sur un « bâton », le parcours emprunté fait partie intégrante du processus de collecte des données et sera essentiel pour quiconque interprète les autres données du rapport. La plupart des questions qu’un lecteur peut se poser sur l’endroit où il a été mesuré et sur ce qui a été mesuré peuvent trouver une réponse rapide et visuelle en examinant le parcours de marche. La fourniture de données sur le parcours aide le lecteur à comprendre l’application dont il a fait preuve lors de la collecte des données, et peut également contribuer à mettre en évidence les hypothèses ou les difficultés d’un site (zones interdites ou inaccessibles) qui ne sont pas toujours évidentes à partir des cartes thermiques.

chemins parcourus pour l'étude de couvertureChemins parcourus
Le chemin parcouru est une partie essentielle du processus de collecte de données et sera déterminant pour tous ceux qui veulent interpréter les données sur les rapports. (Capture d’écran de l’étude AirMagnet de NetAlly)

LES CARTES THERMIQUES PERTINENTES

La plupart des conceptions sans fil d’aujourd’hui sont complexes, bien plus que de se concentrer uniquement sur la force du signal sur le plan d’étage. Il est donc nécessaire de fournir des cartes thermiques couvrant tous les aspects de la conception, mettant en évidence les paramètres clés du réseau et prouvant que la conception répond à ces paramètres (ou potentiellement dans le cas d’une étude de pré-déploiement, mettre en évidence les zones qui ne répondent pas aux exigences du réseau afin d’indiquer les zones qui doivent être améliorées lors de la reconception). Les zones non conformes peuvent également aider à indiquer à quel endroit d’autres restrictions de conception (budget, emplacements d’installation, etc.) ont forcé les installateurs à faire des compromis avec les exigences de conception initiales.
Toutes les cartes thermiques qui couvrent une exigence de conception doivent être incluses, mais aussi toutes les cartes thermiques qui mettent en évidence une déficience, un compromis ou une faiblesse dans la conception. Bien qu’il soit dans la nature humaine de vouloir accentuer les points positifs, il est tout aussi important de souligner les points faibles lors de la préparation d’un rapport et de l’obtention de l’approbation finale. Les deux parties doivent être d’accord sur la véritable nature du réseau après avoir examiné le rapport. Il ne doit y avoir aucune surprise après coup.

EXPLICATIONS ET ANALYSE

Un bon rapport d'étude de couverture doit laisser le lecteur avec autant de connaissances nécessaires sur le réseau que la personne qui a préparé le rapport.Explications et analyse
Un bon rapport d’étude de couverture doit laisser le lecteur avec autant de connaissances nécessaires sur le réseau que la personne qui a préparé le rapport.

Ces cartes thermiques doivent être accompagnées de notes et d’analyses exhaustives de ce que le lecteur voit. Les détails clés et les préoccupations/caractéristiques de la conception doivent être soulignés et notés dans le rapport. Un bon rapport d’étude de couverture doit laisser le lecteur avec autant de connaissances nécessaires sur le réseau que la personne qui a préparé le rapport en premier lieu. Comme indiqué dans la section sur les cartes thermiques pertinentes, le rapport doit faire référence aux cartes thermiques incluses pour illustrer les points importants et valider que le travail effectué a intégré tous les points initialement décrits dans le cahier des charges.

Découvrez nos produits associés

Télécharger le livre blanc
"Guide des bonnes pratiques
pour les études de couverture sur site"